L’interview du mois : Pasteur Tran

Pour ce mois de juillet, l’interview de Pasteur, 31 ans :Pasteur, peux-tu nous expliquer brièvement ton métier?

Je travaille pour le groupe RATP Développement qui est une filiale à 100% de la RATP. Ma mission principale est de répondre aux appels d’offre. En tant que régie, la RATP ne peut pas répondre aux appels d’offre en province et à l’international. RATP a créé une structure juridique, de statut privée, qui lui permet de répondre aux appels d’offre. Il y a à l’international un gros levier de développement, surtout dans le domaine ferré. RATP Dev est présent dans 12 pays dans le monde et dans plus de 30 villes. On compte plus de 50 filiales en France et dans le monde. En 2011 le groupe générait plus de 40 millions € de chiffre d’affaires.

Je travaille en tant que Méthodes dans les appels d’offre et mon périmètre d’exercice concerne les réseaux urbains d’autobus en France.

Répondre à un appel d’offre consiste à proposer un projet de réseau qui respecte au mieux un cahier des charges (dessertes de transport sur les principaux pôles générateurs de trafic, avec une amplitude de telle heure à telle heure en fonction de la typologie de la ligne, un cadencement de tant de minutes, etc…) et tout ça dans une enveloppe financière la plus optimisée possible.

En intégrant toute l’offre de transport du réseau et les conditions de travail des conducteurs, je détermine combien de kilomètres seront nécessaires pour le projet de réseau et combien d’heures commerciales et de conduite cela induit.

Au niveau des méthodes, la construction de l’offre s’organise en 2 temps : le graphicage et l’habillage.

Le graphicage permet de déterminer le nombre de bus nécessaire pour exécuter le service de transport et par conséquent on en déduit les kilomètres à produire pour toutes les années du futur contrat.

L’habillage vise à déterminer le nombre de conducteurs nécessaires pour la réalisation de la production. Je prends bien sûr en compte tous les conditions de travail en vigueur dans l’entreprise. Les kilomètres et les heures vont alors être chiffrés en euros par les financiers pour évaluer le coût du futur réseau.

Mon travail principal consiste à optimiser le nombre de véhicules et le nombre de conducteurs. Par exemple, changer les horaires d’une course de quelques minutes peut permettre d’économiser un véhicule, ce qui conduit à réduire les coûts, en offrant un niveau de service équivalent. Je travaille en transversal avec les chefs de projet, le service commercial, marketing, financier, contrôle de gestion, maintenance des bus, restructuration, etc.

 Quelle difficulté éprouves-tu dans l’exercice de ta profession?

La principale difficulté de mon métier est de répondre dans des délais relativement courts (2 à 3 mois en moyenne) à un appel d’offre.

 Réagissez à cet interview ou Contactez Pasteur

Laisser un commentaire